• Accueil
  • Blog
  • Conseils
  • La première femme de l'histoire du concours à remporter le prix du meilleur photographe d'Europe 2020!

La première femme de l'histoire du concours à remporter le prix du meilleur photographe d'Europe 2020!

25 février 2021

Dasha Eremeeva est une artiste qui a commencé sa carrière de photographe internationale en Biélorussie. C’est dans son pays d’origine qu’elle a étudié à l'Art Academy. Elle y vit et travaille également en tant que retoucheuse professionnelle.

Depuis 2015, elle travaille en tant que photographe internationale des beaux-arts et de la mode, en particulier le concept art, les beaux-arts et la mode.

Depuis deux ans, elle est constamment reconnue par les IPA Awards et PX3 Awrads qui ont montré ses œuvres lors d'expositions internationales organisées par un comité d'honneur.

Elle est également propriétaire de prestigieux prix photo dans le monde entier. Ses photos apparaissent de plus en plus sur les couvertures des magazines et les gens lisent ses interviews intéressantes.

Actuellement, elle est engagée dans des projets avec des entreprises, développe des décors insolites et crée des exclusivités pour les collections privées.

Certaines de ses œuvres les plus brillantes restent déjà dans des collections privées.

La première femme de l'histoire du concours à remporter le prix du meilleur photographe d'Europe 2020!

Depuis 2015, elle travaille pour créer un style photographique unique, combinant créativité, beaux-arts et mode.

Grâce à ce style particulier, elle a réussi à marquer le monde de mon empreinte et à attirer l'attention sur son travail. Un travail qui me permet désormais d'avoir une réputation mondiale.

Elle est travailleuse, passionnée et ambitieuse. Pendant les cinq dernières années, elle a participé à des concours photo internationaux et sa persévérance ont porter ses fruits, lui permettant de remporter plus de 20 prix prestigieux à travers le monde.

En 2020, elle finit par remporter un Grand Prix en le meilleur photographe professionnel d'Europe. Pour la première fois dans l'histoire du concours, ce prix est décerné à une femme et pour la première fois également à un auteur d'Europe de l'Est.

Comme l’ensemble de la planète confinée à comme de la pandémie, elle est obligée de revoir ses projets. C’est ainsi qu’elle se remet à ce qui l'a toujours fasciné - la peinture!

Au cours des derniers mois, elle a peint de nombreuses peintures à l'huile de grande qualité qui sont déjà disponibles à la vente. Ses toiles sont visibles sur sa collection sur le site VIP Crossing et son site personnel.

Elle souhaite continuer à développer sa passion pour la peinture en parallèle avec la photographie et recherche des personnes intéressées, des partenaires pour développer cette voie.

Elle projette également de créer des peintures de grandes tailles, au moins 2 x 3 mètres ou plus. D'ailleurs, elle attend et invite à la coopération et est très ouverte à de nouveaux projets ambitieux.

Même si l’envie de créer, le talent et la créativité sont au rendez-vous, Dasha a de profonds regrets, loin d’obtenir le soutien espéré de la part de son pays pour développer son art, elle pousse un cri de colère et de désespoir.

"Bonjour chers amis.

J'ai besoin de votre aide pour sauver mon art et poursuivre mes projets. Je vis en Biélorussie, dans la ville de Vitebsk et je recherche des investisseurs, des partenaires.

Je suis la meilleure photographe professionnelle d'Europe 2020 et la première femme à recevoir ce prix!

J'ai de nombreux prix internationaux et je suis fière de dire que les photographes du monde entier connaissent et aiment mon travail. Malheureusement, dans mon pays, bien que je sois une photographe de renommée internationale, je ne peux pas évoluer dans de bonnes conditions. Je n'ai pas de studio où je peux exprimer ma créativité, ma passion, mon art. Aucune option ou opportunité ne m’est offerte pour continuer à travailler et créer cet art unique qui me représente. La situation économique et politique complexe en Biélorussie est très négative pour les artistes obligés de s'installer ailleurs ou d'abandonner leurs projets.

C'est une forme de génocide artistique que nous vivons sur place.

Que vous soyez investisseurs, artistes, quelque soit votre pays ou votre culture, j'appelle toutes les âmes de bonnes volontés qui souhaitent que la beauté continue de s'imposer dans ce monde pour proposer des projets ou participer aux miens.

Nous sommes le dernier rempart face à la folie qui veut s'imposer à notre civilisation."

Menu